Administrateur

Administrateur

mercredi, 20 février 2019 14:51

Ils ont mangé sans Dieu

 

 

 

 

 

Le dimanche 10 Février 2019, le Rév. ANANI Kodjovi Gaston a délivré un message de très haute facture à ses fidèles d’Agoè Assiyéyé. Le thème développé  s’intitule : « Ils ont mangé sans Dieu », Inspiré du livre de Genèse 3 :1-24.

Que signifie manger sans Dieu ? Quelles sont les conséquences qui en découlent ? Comment y remédier ? Lecture !

 

 

  • Adam et Eve, dans le jardin d’Eden, ont mangé sans Dieu (Genèse 3 :6 :« La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence ; elle prit de son fuit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea. »).
  • Dans 1 Corinthiens 10 :31, l’apôtre Paul s’adressant aux corinthes dit : « Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu. »

 

Comprenons donc par-là que manger sans Dieu, c’est mener une vie sans lui, c’est marcher sur une voie que Dieu n’a pas tracé pour nous, rejeter la parole de Dieu et considérer la parole du diable, c’est prendre une décision sans avoir l’approbation de Dieu (Ésaïe 30 :1-2), c’est aussi se marier sans Dieu, pour ne citer que ces quelques exemples.

L’apôtre Paul en guise d’avertissement pouvait dire dans 1 Corinthiens 6 :12 « Tout m’est permis mais tout n’est pas utile ; tout m’est permis, mais je ne me laisserai pas asservir par quoi que ce soit ». Dieu nous a donné la possibilité de tout faire, il a mis devant nous le bien et le mal, mais la responsabilité nous revient de distinguer en tant que chrétien, ce qu’il nous faut pour notre croissance spirituelle. Quand nous mangeons sans Dieu, nous devons nous attendre à des conséquences :


  • On se rend compte de notre état de nudité 
    • On cherche des solutions en vain 
    • La peur s’empare de nous 
    • On fuit la présence de Dieu
    • Dieu est déçu de notre comportement
    • Notre marche quotidienne est rendue pénible

Toutes ces conséquences sont toujours soldées par la mort. Mais heureusement que la grâce de Dieu n’est pas à son terme et que nous pouvons encore revenir vers lui. Prenons l’exemple de Naomi qui, après avoir effectué un voyage sans Dieu, perdit son époux et ses deux fils. Reconnaissant son erreur, elle revint sur ses pas (Ruth 1). 
Les bras du Seigneur sont toujours ouverts, approchons-nous de lui dans notre état de pécheur, dépouillons-nous complètement devant lui, implorons sa grâce et sa miséricorde et elles nous seront accordées.
Amen !

 

vendredi, 15 février 2019 08:51

UN MOULIN POUR LE VILLAGE D’AVEDJETA

 

 

 

Les populations du village  d’Avédjéta (localité siutée à une soixantaine de kilomètres au Nord-Ouest  de Lomé) disposent désormais d’un moulin  à céréales, un don de l’Eglise des Assemblées de Dieu, Temple Ebénézer  de Djidjolé.

La cérémonie d’inauguration du nouveau joyau s’est déroulée le dimanche 10 Février  2019 à Avédjéta.

Elle a réuni plusieurs personnalités religieuses et administratives en l’occurrence, le Président de la Région ecclésiastique de la Maritime-Nord, le Rév. Aboa Kossi Paul,  le Chef du village d’Avédjéta, les responsables du comité  de développement d’Avédjéta, une délégation de fidèles des AD de Djidjolé conduite par le Rév. Aholou,  et enfin les populations d’Avédjéta.

Ce nouveau moulin vient combler un grand fossé dans le quotidien des populations de cette localité. En effet, les  habitants de ce village surtout les femmes et les enfants   étaient confrontés à un sérieux problème  depuis des lustres. Ils  éprouvent d’énormes difficultés à moudre le maïs et sont obligés souvent de parcourir de longues et épuisantes distances afin de trouver  un moulin dans des villages éloignés.

 Ce calvaire relève désormais du passé et le nouveau moulin constitue une panacée pour ces populations qui n'ont pas caché leur bonheur et reconnaissance à l'inauguration du précieux bijou, à travers leur représentant qui n'est autre que le Chef du village.

 Togbui  Gnadjogbé  Adjé  1er, puisque c'est de lui qu'il s'agit, s’est dit honoré du don et a imploré la bénédiction du Seigneur sur l’église de Djidjolé.

 Le Rév. Aboa  Kossi Paul, a,  de son côté, invité les autres églises à emboîter le pas à celle de Djidjolé en accentuant les actions visant à soulager les populations désenclavées et qui vivent de surcroît dans la précarité dans la mesure de leurs moyens. Il a également félicité les donateurs pour avoir allié l’évangile au social.

« Ce qui a motivé notre église a installé le moulin dans ce village, c’est que  quand nous étions venus avec l’évangile, nous avons constaté que c’est un besoin pressant.  Vous savez que l’évangile est toujours accompagné du social. Jésus après avoir prêché l’évangile a bénit les pains et les gens en on mangé. La Bible a dit qu’ils sont au nombre de 5000 sans compter même les femmes. Voilà le social Nous ne faisons  donc qu’emboiter le pas de notre Seigneur  Jésus-Christ », a expliqué le Rév. Aholou, le Pasteur assistant des AD Djidjolé.   Le Rév. Aholou, a saisi cette occasion pour remercier  tous les fidèles des AD de Djidjolé pour leur implication sans faille dans l’installation de ce moulin.

 Il  a par ailleurs rendu hommage au Rév. Docteur Ayi  Adadé, Pasteur titulaire des AD de Djidjolé  qui a su fédérer toute la communauté autour de cette vision.

Pour finir, l’homme de Dieu a exhorté les habitants d’Avédjéta  à faire un bon usage du moulin et à donner leur vie à Christ.

 

 

 

 

 

Le Président Djakouti  Mitré a procédé au lancement officiel  de l’Association Sportive des Pasteurs des Assemblées de Dieu du Togo  (ASPAD) ce samedi  19 Janvier 2019. La Cérémonie s’est déroulée au stade municipal de Lomé en présence des Rév. Saram Ankou, Secrétaire Général Adjoint des AD Togo, Yakpey  Kokouvi  Lucien, Secrétaire financier des AD Togo ainsi que du Directeur National de la mission extérieure, le Révérend Edo Adanlessonou.  

Le lancement a été suivi d’un match de football qui a opposé ASPAD-Togo à Presse Sporting Club de l’Association des Journalistes Indépendants du T OGO  (AJISIT). Les journalistes se sont imposés sur le score de 5 buts à 2.

«  ASPAD-Togo vient de naître.  Elle va grandir. C’est notre premier match. Nous  avons vu nos forces et nos faiblesses. Il nous faut poursuivre les entrainements pour bâtir une équipe solide », a déclaré le coach Bado S. SeÏdou à l’issue de la rencontre.

Selon le Président Djakouti Mitré, la création de l’ASPAD-Togo est une initiative salutaire. Le sport dit-il, améliore la santé et renforce la communion fraternelle.il a également convié les autres pasteurs  à intégrer l’équipe pour réaliser ensemble de grands exploits.

 

 

 

 

Le Rév. Djakouti Mitré, a reçu mardi en fin d’après-midi, 8 janvier 2019, les vœux du Nouvel An du personnel du siège de l’Eglise des Assemblées de Dieu du Togo. La délégation a été  conduite par le doyen du personnel, AZIAWA Komlan. Elle était composée  des secrétaires  ALODEITO Denise,  ADZRAKOU Mawusé, GBON Esinu, des comptables et caissier, DOUWOURGUE Biban Benjamin, BADATANA Loguibwa, du chef protocole AMETOGONA Foly et du chargé de communication, KOUGNIGBAN KOSSI.

Le décor  a été planté d’entrée de jeu par le Doyen AZIAWA Komlan : « Rév. Pasteur, comme il est de coutume, nous sommes là pour vous présenter nos vœux de nouvel an, à vous, à votre famille et à toute l’Eglise», a-t-il précisé.

 Prenant la parole,  la porte-parole de la délégation, ALODEITO Denise a témoigné sa gratitude au Seigneur Jésus-Christ pour la vie des membres du Bureau Exécutif. Elle a prié le Tout-Puissant afin qu’il les protège et les inspire davantage dans l’accomplissement de leurs missions.

« Quant à nous, nous vous promettons  encore une fois, notre disponibilité à écouter et à être obéissants pour une franche collaboration dans  l’exécution de nos tâches en tant qu’employés au siège de l’Eglise »à rassuré mademoiselle ALODEITO.

 Le  Rév. Djakouti Mitré, à son tour, a exprimé aux uns et autres, ses vœux de santé, de bonheur et de prospérité ainsi que de paix et de fermeté dans l’adoration chrétienne. « Dans la maison de Dieu il ya beaucoup d’ouvriers qui constituent l’Eglise du Seigneur. Nul n’est insignifiant. Vous consentez beaucoup de sacrifices. Nous en sommes conscients. Je n’ai reçu aucune note négative de vous, » a-t-il aussi ajouté.

 

 

 

 

 

 

Les membres des bureaux exécutifs des Eglises et organisations, les coordinateurs de projets et les chefs de projet des organisations locales, partenaires de PMU Interlife, basés au Bénin, Burkina Faso, Mali et  au Togo, les Eglises partenaires  suédoises  et les représentants de PMU venus de la Suède, ont participé à un séminaire international du 26 au 30 novembre 2018, à Lomé. Organisé par l’Office de Développement et des Œuvres Sociales (ODOS), ce séminaire vise à renforcer le partenariat entre PMU interLife et les églises partenaires locales en Suède et en Afrique de l’Ouest.

« Nous pensons que l’église est la clé pour changer la société parce qu’elle travaille énormément et que des gens écoutent les pasteurs. Nous sommes sur la base de changer le monde. C’est le rêve que nous avons. Nous sommes très heureux et fiers de coopérer avec quelques grandes églises et mouvement d’églises qui sont là » a  confié. Niclas Lindgren, Directeur PMU interLife,  l’Eglise est un vecteur de changement

Selon le Coordonnateur de ODOS, Roger Goeh-Akue, les partenaires de la sous-région ont œuvré ensemble avec les correspondants de la Suède. « Ils se sont penché sur le partenariat qu’il y a entre nous depuis plus de 20 ans déjà, et ont travaillé à renforcer ce partenariat pour pouvoir le repositionner par rapport aux défis de l’heure. Nous sommes dans les Objectifs du Développement Durable (ODD) maintenant, il va falloir voir quelle orientation allons-nous donner à ce partenariat », a-t-il souligné. « Nous sommes la branche sociale de l’Eglise, apportons aussi le bien-être social. Nous avons travaillé une semaine à réfléchir sur comment renforcer le partenariat pour mieux faire et être plus efficace sur le terrain », a-t-il poursuivi.

Plusieurs activités ont  meublé  la rencontre dont entre autres  des communications sur les études faites dans la sous-région par rapport aux défis du développement social et  des travaux en groupe. « Nous nous sommes  penché sur une programmation de vision sur les 4 et 5 ans à venir. Les résolutions prises permettront de développer des projets qui vont commencer en 2020 », a informé Roger Goeh-Akue.